Auteure de la publication

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur skype
Partager sur email
Partager sur print

Les cadres qui nous enferment

Nous pouvons dire que nous avons trois niveaux, en tant qu’être : la personnalité, l’âme et la Conscience Divine. Au niveau de la personnalité et du corps, nous nous identifions à notre existence matérielle et linéaire : passé, présent, futur. Au niveau de l’âme nous commençons à vibrer et à exprimer nos envies. Notre âme est nourrie grâce à notre créativité et nos élans de plaisir et de satisfaction. Enfin nous nous sentons unis à notre Divinité grâce à l’Amour et à la Lumière que nous nous offrons et que nous portons à la Vie.

Pour se sentir complet en tant qu’être il s’agit de satisfaire ces trois plans. Or, si nous partons de la base, notre éducation, nous pouvons nous rendre compte que dès notre plus jeune âge, nous avons été frustrés. En effet, l’Être aspire avant tout à la liberté et l’épanouissement. Comment vivre cela alors que nous sommes enfermés dans un ensemble de cadres ? Ce n’est pas possible. Prenons conscience que la routine est poison, particulièrement pour l’âme et que l’école est totalement inadaptée à l’être humain. Prenons simplement la notion d’emploi du temps (!). En clair, nous avons été formaté à employer notre temps … à partir de contraintes et non d’envies ou d’élans du cœur. Se lever tous les jours à la même heure, manger les mêmes choses, faire toujours les activités à telle heure. Ce sont des programmations qui endorment l’être et qui l’éloignent de ses envies, de sa créativité. De plus, nous sommes tous uniques, différents. Nous avons nos spécificités en tant qu’âme. Demandez à un poisson de monter dans un arbre, il va se sentir nul.

Se libérer des conditionnements

La routine mène à la lassitude psychique, elle conduit aux automatismes et au manque de remises en question. Le comprendre permet d’aller vers la libération. C’est une prise de conscience profonde car le conditionnement a duré des années. Il s’agit donc d’apprendre à se donner des nouvelles permissions pour en sortir. Cela peut se pratiquer dans les petites décisions du quotidien : changer régulièrement le trajet pour aller ou rentrer du travail, ne pas manger toujours à la même heure (plutôt quand on a faim, c’est plus logique), changer l’heure de son réveil, amener de l’inattendu dans sa vie : sortir regarder les étoiles le soir, faire une promenade digestive, choisir de se poser écouter une belle musique … Suivre simplement ses élans dans les petites choses journalières. Cela paraît simple mais ce n’est pas forcément évident. Nous avons tous eu ce genre d’élans mais les avons-nous écouté, ou avons-nous dit : « plus tard » ?

Revenir vers la spontanéité et l’écoute des envies, c’est apprendre à se respecter en tant qu’être et nourrir son âme pour remettre de la joie et de l’enthousiasme dans sa vie. Deux fleurs de Bach peuvent aussi aider à retrouver ce dynamisme vibratoire, « Hornbeam », le charme, pour soigner la lassitude psychique et « Chesnut Bud », le bourgeon de marronnier, pour sortir de la répétition. Apprenons à sortir de nos formatages et de nos anesthésies pour nous réaliser à un niveau plus grand et surtout recouvrer notre liberté d’Être, tout simplement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *